À l’occasion de leur sélection du jour dans nos 24 jours de jeux 2016, Game Flow, les gentils éditeurs et auteurs de Chimère, nous proposent de faire gagner des boîtes et des goodies… ça tombe bien, c’est bientôt Noël !

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec le jeu, je vous invite à aller lire notre revue de Chimère. En quelques mots, il s’agit de concocter la plus [insérez l’adjectif qui vous plaira] des chimères pour plaire au roi, en combinant plusieurs parties d’animaux et en sachant valoriser le résultat de votre « expérience » en argumentant sur ses « qualités ».

*** Edit : concours terminé ! Les gagnants sont annoncés en bas de la page ***

Le concours

« Pour la nouvelle année, le roi organise une immense fête ! Tout le royaume sera invité : les gens de la cour, les représentant des royaumes alentours et du Petit Empire bien sûr, mais aussi les bourgeois de la ville et les paysans des campagnes, la sorcière de la Sombre Forêt et ses amis trolls des bois, les Dragons Nains des Montagnes du Lyon, et même le vieux pirate, le spécialiste des sabordages … Une belle soirée en perspective !

Le roi a donc demandé à son vieux magicien, celui qui habite la grande tour à côté du château, de lui fabriquer une Chimère qui sera le clou de la soirée.

Pouvez-vous aidez le magicien a faire un choix parmi les trois créations qu’il a prévu ? Trouvez lui les bons arguments pour la Chimère la plus Festive ! »

Comment participer ?

Le principe est très simple :

  1. Choisissez la chimère la plus « festive » selon vous, parmi celles ci-dessous
  2. Trouvez l’argumentaire le plus convaincant concernant son côté festif, en précisant bien la chimère choisie
  3. Envoyez-nous le tout à contact[at]lesdragonsnains.com avec comme objet « Concours Chimère »

Chimère 1, le royal « Colinf »

Chimère 2, le majesteux « Cevon »

Chimère 3, le touffu « Camerivore »

Qu’est-ce qu’on gagne ?

La team des Dragons Nains et Game Flow choisiront 3 gagnants :

  • Pour le 1er :  une boite du jeu Chimère + goodies
  • Pour le 2e et le 3e : 2 goodies

Le concours s’arrête le 14 décembre à 23 h 59.

À vos plumes !

***Edit : le concours est maintenant terminé, voici les gagnants***

Les gagnants !

Voici les 3 lauréats, ainsi que leurs argumentaires. Bravo à eux et merci à tous ceux qui ont participé 🙂

1) Xavier Nadège

Cher roi,

Moi, grand magicien du royaume, vous ai préparé
une créature qui enchantera l’assemblée : Le Colinf !

Pour clore ce festin, une fois les assiettes à dessert vidées,
j’ai créer, pour les dragons nains, une chimère à base de cervidé.
C’est un animal festif, qui plaira aux enfants
car il a l’esprit vif même si c’est un cerf volant.
Son spectacle dans les airs mettra l’eau à la bouche,
As du vol en arrière, hérité de l’oiseau-mouche.
Les invités pourront admirer sa coque si belle,
toute rouge tacheté telle une coccinelle.
Certains même se pousseront pour lui jeter en pâture
des hordes de pucerons qui dévore par nature !

Respectueusement.

2) Damien Bonnot

Tout en lui résonne fête, vibre fête. Il ne peut en être différemment au vu de sa nature, ses illustres ancêtre incarnant la fête. Démonstration :

– Son lointain aïeu codal, le Colibri, représentait l’aspect insouciance de la fête. Son nom vient d’ailleurs de là : Sa présence en soirée était vite remarquée, il ne faisait rien d’autre que de butiner à droite à gauche. Je vous rappelle que c’est le seul oiseau qui peut voler sur place, c’est quand même pratique quand on veut picoler sans en mettre partout. Essayez de boire en vous déplaçant, ce n’est pas chose aisée ! Bref, je m’égare, les gens disaient donc de lui « i’ s’l’a colle, le débris ». Avec le temps la nomenclature a évolué vers un plus élégant « colibri ». Mais on ne me la fait pas, le Colibri je vous le dis, c’est la débauche.
– Sa mamie Coccinelle, dont il a hérité le torse, incarne l’aspect communauté de la fête. C’est la rencontre, aller vers l’autre, partager, aimer son prochain. Personne n’écrase la coccinelle. Rien à voir avec le moustique qu’on a juste envie de claquer et dont observe avec délectation le cadavre sur sa paume. Mais encore une fois je m’égare. En plus, on l’appelle « la bête à bon Dieu » car une coccinelle a sauvé un innocent de l’execution il y a 1000 ans. C’est ça la Cox, l’écoute, la vérité. On se voit, on échange, on fait le point. Puis on se tourne vers un autre, et on refait le point. A la fin on se met ses petits points sur le dos et on est heureux.
– Enfin l’ancien visage transmis au Colinf, celui du Cerf. Le Cerf c’est le petit plus abstrait qui fait que la fête est inoubliable, qu’elle envoie du bois. Cette petit chose qui provoque le sourire le lendemain au souvenir de la fête. Sans lui on se sent malheureux, il manque quelque chose, ce n’est jamais agréable d’être privé d’des cerfs. Mais quand il est là, l’euphorie gagne la fête, on se sent pousser des ailes, et tel le serf-volant on plane, sans fumée sans alcool, on vole, on vole, mes chers parents je pars, je vous aime mais… euh, pardon, j’ai du mal à me concentrer. Bref, le cerf est l’esprit même de la fête.

Je vous remercie de m’avoir suivi dans cet présentation du Colinf, je ne vois pas comment cette créature pourrait avoir l’ombre d’un concurrent pour incarner les festivité. Pour vous le prouver, je pourrais vous parler plus précisément du Cévon et du Camérivore, mais ce message est déjà long et je ne voudrais pas abuser de votre patience.

3) Makishimu Halnilam

Qu’est ce que la fête, mon ami? Car il faut d’abord répondre à cette question pour se rendre compte que le royal Colinf est la seule chimère pouvant se prétendre festive! La fete, c’est la rejouissance, c’est la cérémonie, la reunion, la commémoration… Il y’en a des variantes, mais toutes ont un point commun. La réunion, la célébration au sein d’un cercle social.

Et lorsque telle occasion se présente, tout être respectable – simple homme comme grand Roi – se doit de se vetir de ses plus belles pièces; le Colinf est la fete!
Les plumes pour la grâce et le plaisir des les yeux,
Le torse solennel aux motifs dignes et fiers,
Le visage alerte orné de ses fiertés.

Alors, qui peut se vanter d’être plus préparé pour toutes les fêtes à venir? Le Cevon colérique ou le diforme Camerivore? Que ceux là restent dans les tavernes et laissent la cour libre car le Roi ne saurait souffrir tel affront et son courroux ferait rouler des têtes qui donneraient à la fête des teintes pitoresques.