Et voilà, le FIJ, c’est fini !

Ce fût pour nous 4 jours assez intenses… dont voici un petit retour ! Je m’excuse par avance pour la qualité des photos, je ne suis pas une grande photographe et elles sont prises avec mon portable.

Jeudi (jour 1)

Si tôt arrivés, on va chercher nos badges… nos sésames coupe-fil !

Nos sésames !

Après petit promenade en attendant le début de la cérémonie des As d’Or à 19h.

 

L’armée de Playmobil toujours au rendez-vous.

Puis direction la cérémonie des As d’or

Cette année, pas de « chauffage » de salle avec un petit jeu d’ambiance comme l’année dernière.

On commence directement par la remise des prix après discours des élus et des organisateurs du festival.

On enchaîne sur le cocktail, où l’on peut croiser plein d’acteurs du monde ludique en train de partager un verre. Il y avait des maquilleuses et mes deux acolytes n’avaient pas leur T-shirt des Dragons Nains, qu’à cela ne tienne, ils nous ont fièrement représenté en donnant de leur intégrité physique !

Et on finit au « off », soirée après 22 h où l’on peut essayer des proto plus ou moins élaborés (jusqu’à 4h du mat’), les auteurs testant leur jeu afin de pouvoir les améliorer. Les tables sont vites prises d’assaut, c’est toujours difficile de s’asseoir sans attendre. Les proto victimes de leur succès !

Lors de cette première soirée, nous avons pu testé 3 jeux :

Zeltron (proto)

Prototype de Xavier Lucron

Zeltron (proto)

Comment résumer ce jeu… ? 🙂 Nous devons emmagasiner un maximum de crottes de dinosaures pour les peser sur une balance et gagner le concours. J’avoue n’avoir pas été emballée par le thème. La mécanique de jeu est un peu innovante, mais le jeu manquait de fun.

CQFD, Ce qu’il fallait dessiner (proto)

Prototype de David Simian

CQFD, Ce qu’il fallait dessiner

Le principe du jeu est de retranscrire par des dessins les sons écoutés précédemment. Eh bien, ce n’est pas évident surtout dans une ambiance de « off » assez bruyante. Mais le jeu était assez intéressant et novateur. Bon, il faut quand même un peu de mémoire et se faire son histoire au fur et à mesure qu’on entend les sons, mais dans l’ensemble, le jeu a bien plu autour de la table.

Dédale (proto)

Prototype de Thomas Russier

Dédale (proto)

Le but du jeu est de sortir du labyrinthe avant que le minotaure nous rattrape ou qu’on soit devenu fou de peur ! La mécanique du jeu est intéressante, le joueur jouant le minotaure connait les parois du labyrinthe mais pas les aventuriers. Ceux-ci doivent découvrir quel est le bon passage pour sortir. Quelques améliorations à faire pour ce jeu qui est dans l’ensemble bien sympathique.

Vendredi (jour 2)

La journée du vendredi a été la plus prolifique, le festival est ouvert aux possesseurs de badges le matin et n’ouvre au public qu’à midi. On a donc eu le temps de faire plein de jeux.

Unlock !

Créé par Cyril Demaegd , Thomas Cauet et Alice Carroll, édité par les Space Cowboys

Unlock ! (As d’Or « Tout Public »)

On commence directement par Unlock ! Il a gagné l’As d’or, je n’avais pas eu l’occasion de l’essayer vu qu’il était sorti il y a peu, nous avons donc réparé cette lacune !

Le jeu est basé sur les énigmes des Escapes Room (ça me fait également penser aux BD dont vous êtes le héros), vous allez devoir sortir d’une pièce ou ouvrir un coffre dans un temps défini. Une application time la partie et vous donne les pénalités en cas d’erreur. À partir de la première carte, vous devez trouver les indices qui vous permettront de résoudre l’énigme. Nous avons testé le scénario initiation de 10 min et un scénario de présentation de 30 min. Mes acolytes sont trop forts, ils ont résolus les affaires les doigts dans le nez. Les 3 scénarios présents dans la boite sont plus durs et durent 1 h. Cette première édition sera suivie de 2 autres.

C’est un jeu sympa, mais difficilement rejouable, on regrette le prix un peu élevé pour le matériel à l’intérieur, vous allez me dire qu’il faut rentabiliser la création de l’application, mais bon…

Les Inventeurs

Créé par Frédéric Henry, édité par Bombyx et Multiverse

Le principe du jeu est de mutualiser les connaissances de chacun des scientifiques pour arriver à une invention. Au début du jeu, chaque personnage a des spécialités plus ou moins développées qu’il pourra faire évoluer. C’est un jeu de majorité où celui qui a le plus de pions sur une invention choisi sa récompense en premier, le deuxième choisit en deuxième, etc.

C’est un jeu plutôt sympa qui s’explique bien et se joue rapidement. Il faut rentabiliser un maximum les connaissances de ses inventeurs pour avoir les meilleurs places.

Cap’tain Carcasse

Créé par Derek Paxton, Leo Li et Chris Bray, édité par Bombyx

Le principe du jeu est basé sur un stop ou encore, vous explorez les fonds marins, si vous tombez 2 fois sur la même carte, vous ne gagnez rien. Les cartes ont un effet à appliquer tout de suite, histoire de mettre de l’interaction avec les joueurs.

Les graphismes sont beaux, le jeu est simple mais efficace, plus à destination d’un public jeune.

Kitten Paw

Créé par Aza Chen, édité par Bombyx

Alors ce jeu n’est pas fait pour moi, il faut agencer les tuiles « chat » dans un certain ordre pour que ça soit exactement le même dessin que sur la carte piocher. Et quand vous n’avez aucune représentation dans l’espace, ce jeu est juste l’enfer !

Autrement, mes compagnons de jeu avaient l’air de s’amuser, le jeu est « kawaï » et le rendu 3D est garanti.

Magic Maze

Créé par Kasper Lapp, édité par Sit Down !

Magic Maze

Essayé par hasard, c’est une des bonnes surprises de ce festival.
Pour l’histoire, vous êtes un groupe d’aventurier, mais comme comme votre dernière aventure a été un échec cuisant, vous devez aller vous ré-équiper… gratuitement… Vous allez donc au centre commercial (oui, vous vous battez à l’épée et à l’arc, mais vous faites vos courses dans un centre commercial avec des escalators 😉) pour y voler récupérer de quoi repartir à l’aventure.
Le principe du jeu se base sur une discrétion absolue, les joueurs ne communiquent pas entre eux pendant la phase de mouvements sauf à l’aide d’un totem que vous tapez rageusement gentiment devant celui qui doit faire un mouvement. Celui-ci cherchant désespérant QUEL mouvement il est sensé faire… et tout ceci dans un temps limité, bien sûr !

Pour ma part, je l’ai bien aimé, tout le monde joue en même, ça donne un côté anarchique au jeu et en même temps, comme chaque joueur à un seul mouvement à faire, tout le monde participe. Nous n’avons testé qu’une seule partie, les niveaux de difficultés sont croissant.

The Walking Pet

Créé par Frédéric Vuagnat, édité par Kosmos

On ne pouvait pas ne pas essayer ce jeu, il a été fait par un lyonnais ^^
Le principe est de réunir les meilleurs acteurs afin de lancer la production d’un film, pour ceci vous devez acheter des cartes en vendant celles que vous avez en main. Chaque type de film a une action spécifique dans le jeu.

Un jeu « à la marchande », où il faut défausser des cartes pour en prendre d’autres, simple et efficace, toutefois, on a trouvé qu’il était trop « gentil ». Le petit plus du jeu est les illustrations qui font référence aux films connus. Le jeu n’est pas encore sorti en France.

Paper Tales (proto)

Créé par Masato Uesugi, édité par Catch Up Games

Le thème du jeu est basique, créer un royaume qui vous rapporte des ressources et qui vous permet de vous défendre et d’attaquer les royaumes voisins. L’originalité du jeu réside dans le cycle éphémère des cartes, les personnages prennent de l’expérience puis meurent au bout du 2e tour. Et ça change beaucoup de choses ! Il y a aussi un système de draft au début de chaque tour. À noter que les illustrations ont été faites par une lyonnaise 😉

Le jeu est à prendre en main avec plusieurs parties pour comprendre la subtilité de certaines cartes et d’essayer certains combos. Pour ma part, je me suis lamentablement plantée en jouant, donc à ré-essayer au calme et en étant plus concentrée.

Twelve Heroes

Créé par Takashi Sakaue et Masato Uesugi, édité par Catch Up Games

Jeu pour 2 joueurs, il se joue sur un principe de majorité sur plusieurs tours. Chaque faction dispose ses troupes en face des territoires qu’il convoite. Tant qu’il est majoritaire, il remporte un jeton occupation. Au bout d’un certain nombre de ces jetons, le territoire est à lui. Chaque territoire lui rapporte des points.
Les cartes ont une valeur d’attaque mais aussi de nourriture, car bien sûr, une troupe qui reste sur le terrain a besoin de se nourrir, autrement, elle meurt.

C’est un jeu plutôt sympa qui se prend en main facilement, les différentes factions permettent de réaliser des combos. Le matériel minimaliste permet de se faire plaisir pour un prix raisonnable.

Black Wood (proto)

Créé par Tapimoket, édité par Runes Editions

Black Wood

Le principe du jeu est assez commun, on réunit des ingrédients pour faire des potions et ces potions nous servent à faire des sorts… qui nous aident à obtenir plus rapidement des ingrédients. Pour obtenir un ingrédient, on le réserve dans le pot commun central. Les ingrédients sont récupérés dans un ordre bien précis, ce qui induit un choix cornélien : est-ce que je pourrais récupérer mes ingrédients avant que mon adversaire fasse la potion que je convoite ou si je prends cet ingrédient, mon adversaire pourra piocher à ce tour alors qu’autrement, il devra attendre le tour prochain…

Le jeu n’est pas une « nouveauté » dans sa mécanique, mais il est efficace, c’est un bon « casse-neurone » qui demande de faire des choix et parfois pas à son avantage. Testé à 2 joueurs, il apparaît comme assez stratégique, à 3 ou 4, il doit être un peu plus imprévisible.

Terwitt (proto)

Créé par Acariâtre et Mathieu B

En se promenant dans le off, on est tombés par hasard, sur ce jeu, ce qui est drôle, c’est que c’est le proto d’un de nos rédacteurs : Acariâtre !

Le jeu est basé sur l’exploration lunaire et forcément, toutes les grandes sociétés en présence ne veulent pas que sa concurrente la supplante, donc tout en exploitant on va aussi aller détruire ce que font les autres à coups de drône….

La mécanique de jeu est sympa, petit à petit, on va upgrader ses drones ou son exploitation afin d’obtenir plus de ressources ou pour mieux se protéger/attaquer. Comme c’est un proto, il y a quelques petites choses à améliorer mais l’expérience de jeu a été plutôt bonne.

Médévial Pong

Créé par Didier Lenain et Jonathan Favre

Medevial Pong

Un « party apero game d’adresse » tout à fait déjanté, donc très rigolo, fou rire garantis !
Tiré d’un autre jeu « adulte » Bière pong, vous avez 9 gobelets devant vous, chacun de ces gobelets contient un personnage, le but du jeu est d’envoyer la balle de ping pong dans le gobelet contenant la princesse (bien entendu, vous ne connaissez pas son emplacement). Mais si vous tombez sur le courtisan éconduit, il se fera un plaisir de vous le dire… A contrario, le Prince charmant se sacrifiera pour la princesse 🙂

Les parties s’enchaînent, les fous rire aussi, un petit jeu qui met de la bonne humeur immédiatement. Et je ne dis pas ça parce que ce sont des lyonnais les auteurs du jeu 😉

Samedi (Jour 3)

On a essayé de jouer aux jeux qui nous paraissaient bien mais qui étaient toujours pris d’assaut. Ce ne fut pas spécialement une réussite 😉

Meowtopia

Créé par Eros Lin, Wei-Min Ling et Chau-Hsin Chou, édité par Runes Editions

Meowtopia

Un petit jeu de gestion bien efficace, vous incarnez des chats (ça, c’est pour le côté Kawaï) et vous devez faire en sorte que votre exploitation soit la plus rentable en les envoyant soit récolter (pour nourrir toute la famille), soit vendre. Ce qui est intéressant, c’est qu’à chaque tour, le premier joueur choisit une action et peut envoyer autant de chats qu’il veut faire cette action. Toutefois, les autres joueurs peuvent également envoyer un seul chat faire la même action. Cette mécanique n’est pas innovante, on la retrouve dans d’autres jeux, mais ça permet, en dehors d’équilibrer le jeu, ne pas s’ennuyer durant le tour des autres joueurs.

Le jeu a bien plu autour de la table, il y a plusieurs façon de scorer, il est plutôt mignon, simple mais pas trop, c’est un jeu de gestion comme je les aime.

L’Empereur

Créé par Florent Toscano et Frédéric Vuagnat, édité par les Jeux Opla

L’Empereur

Le jeu est basé sur le film du même nom qui sort actuellement au cinéma, une marque de fabrique des Jeux Opla qui l’avait déjà fait avec « Il était une forêt » et « La Glace et le Ciel« . Le principe du jeu est basé sur un système de memory, les pingouins doivent traverser la banquise, aller et retour. Pour ceci, il doivent trouver les cases correspondantes à leur couleur. Des jetons climats mettent un peu de piment à la partie.

Personnellement, je ne suis pas fan de ce genre de jeu basé sur la mémoire même s’il y a une pointe de stratégie avec les jetons mauvais temps qui sont sensés ralentir les adversaires. Toutefois, il est très joli et plaira surement aux adeptes de ce genre de jeu.

Moonbase (proto)

Créé par Johan Benvenuto

Moonbase

Prototype d’un lyonnais, on ne pouvait pas passer à côté 😉 Le principe du jeu est de récolter des ressources qui permettront de faire évoluer sa base ou de développer des technologies permettant de mieux forer. Il y a plusieurs façon de marquer des points, chacun pouvant se spécialiser dans son domaine.

Nous n’avons pas pu finir la partie, toutefois, le jeu nous a laissé perplexe, c’est un jeu de gestion avec plusieurs façons de scorer mais il manquait un petit quelque chose (peut-être plus t’interaction avec les autres joueurs). À ré-essayer dans quelques mois pour voir son évolution.

Cash of Rage (futur Kickstarter)

Créé par Frédéric Guérard, édité par la Boite de jeu et Origames

Clash of Rage (futur kickstarter)

Attirés par les graphismes d’un jeu, nous nous sommes dirigés vers les tables de Clash of Rage. Ce jeu sera en kickstarter aux alentours de mai. Le principe est simple : aller « poutrer » ses adversaires pour prendre les territoires qui permettront d’obtenir les points nécessaires à la victoire ou forger des armes ou armures légendaires. Le système de gestion des armées est un peu particulier puisqu’on ne prend un nombre de dés que par rapport à l’unité qui est en contient le plus mais on tient compte des bonus ou malus de l’ensemble des troupes présentes. Comme c’est un jeu en kickstarter, quelques améliorations sont à prévoir, ce qui était aussi le but de le faire tester à Cannes.

Dans l’ensemble le jeu est assez dynamique, on rentre dans le vif du sujet assez rapidement et la mécanique de jeu est assez simple à prendre en main, après faut aimer les jeux d’affrontement.

Bubblee Pop : l’extension

Créé par Grégory Olivier, édité par Bankiiiz Editions

Bubblee Pop

Comme on adore Bubblee pop, on est passé voir Bankiiiz éditions qui nous a proposé d’essayer son extension. Il y a donc 2 nouvelles couleurs : orange qui permet de remettre dans le sac un bubblee que l’adversaire a devant soi ou dans sa réserve; et le gris qui permet de glisser un bubblee noir en-dessous d’un autre bubblee et ainsi pousser tous les autres au dessus.

Cette extension permet de rajouter un peu de piment aux parties et d’avoir un jeu plus agressif si on le souhaite. On est fan !

Yeeeh ! on a gagné un Bubblee Pop Deluxe, c’est cool !

Et en prime, à l’occasion des 10 ans de BlackRock Games, on a gagné le Bubblee Pop Deluxe avec les jetons en soft touch, c’était pas prévu, du coup, ça fait encore plus plaisir !

Dimanche (jour 4)

Le festival se termine déjà, et on n’a pas vu grand chose, du coup, on se précipite dès le matin 9h50 sur Exodus qui a été blindé tout le week-end ! On essaiera de jouer à d’autres jeux mais l’attente est trop longue, nous n’aurons le temps de faire que 2 jeux.

Seeders-Exodus (sortie prévue en avril)

Créé par Serge Macasdar, édité par Sweet Games

Le but du jeu est de construire la meilleure arche pour explorer l’espace. Pour cela, il faudra user d’influence pour avoir les meilleurs cartes équipage et module. Système de draft, de majorité/enchère et surtout de combo de cartes, en font un jeu plutôt complet pour joueurs experts. Il faudra quelques parties pour pouvoir y jouer de façon optimum. À noter que c’est un style de jeu différent pour la maison d’édition Sweet Games qui était sur des jeux plus légers, jusque là.

L’ensemble de la table était satisfaite de notre micro-partie et tous voulaient y rejouer. C’est la bonne surprise de ce Festival. Sortie à surveiller en avril !

Yamataï

Créé par Bruno Cathala et Marc Paquien, édité par Day of Wonders

Yamataï

Le dernier jeu testé de ce Festival. Je voulais éviter les grosses maisons d’édition qui n’ont pas besoin de nous pour faire de la pub, mais vu qu’on me l’a conseillé, nous avons été le tester.
Le principe est de placer avantageusement ces navires pour récupérer les denrées ou construire des bâtiments sur les îlots de la baie de Yamataï ou recruter des conseillers prestigieux qui donnent certains avantages.

J’ai lu sur certaines critiques que cela pouvait rappeler Five tribes, personnellement, je ne trouve pas. Mais toutefois, je n’ai pas été transcendée par le jeu, même s’il est joli et se joue assez facilement. Peut-être est-ce dû à une fatigue de fin de festival ou à l’explication de l’animateur plus que douteuse (explication debout en nous tournant le dos pour ne parler qu’à 2 personnes sur 4). À retester dans de meilleures conditions.

Et le reste…

Malheureusement, nous n’avons pas pu tester un certain nombre de jeux qui nous faisaient envie, faute de temps et faute de tables disponibles, comme :

  • Lorenzo chez Atalia
  • Vikings gone wild chez Lucky Duck Games

Notons l’effort de décoration de BlackRock Games, avec un vaisseau de Célestia grandeur nature. Ils ont d’ailleurs gagné un prix pour cela.

On a pris des nouvelles des jeux déjà repérés l’année dernière.

Dice forge : sortie prévue cette année, ils ont fait évoluer quelques mécaniques de jeu, on a hâte !

Dice Forge

Amazing : ici au Off, avec du matériel qui a bien évolué

Amazing (proto)

Vice Division : toujours en développement, le créateur est en contact avec des auteurs de romans policiers pour écrire des scénarios.

Et on finit le festival avec un Muffin champignon avant de reprendre la route.

Mes coups de coeurs

J’avoue n’avoir eu que peu de coups de coeur cette année, à part Exodus qui promet des parties bien compliquées et Magic Maze qui est plutôt fun avec une mécanique qui change, d’ailleurs il me semble qu’ils n’avaient plus de boites à vendre à la fin du festival 😉

J’ai quand même pris plaisir à jouer à Twelve Heroes, Black Wood, Terwitt, Meowtopia, Médévial PongBubblee pop 🙂

Et… Vivement l’année prochaine !