Ballons

  • 2 à 5 joueurs
  • Âge : 3 ans et plus
  • Durée de la partie : 10 min
  • Auteur(s) : Haim Shafir
  • Illustrateur(s) : Olivier Freudenreich
  • Année de sortie : 2003
  • Prix : 10 €
  • Éditeur : Gigamic
  • Site officiel

Qui ne s’est jamais amusé à éclater des ballons de baudruche fraîchement gonflés ? Faut dire qu’ils nous font de l’œil avec leurs jolies formes et leurs couleurs vives… Oui mais vos enfants, eux, ce qu’ils préfèrent c’est les garder entiers le plus longtemps possible ! Ce qui malheureusement dans la plus part des cas représente quelques minutes et s’en suit un chagrin inconsolable pour les petits lambeaux de plastique éparpillés au sol. Vous cherchez encore une explication à leur donner ? Alors Ballons est fait pour vous. Il devrait même être reconnu d’utilité publique ! Et oui, car Ballons va permettre d’apprendre à vos enfants que perdre (au jeu ou un objet) arrive et que ce n’est pas grave.

Oh, mon balloooonnnnn… tu es le plus beau des ballons

Parce que Ballons s’adresse aux tout petits dès 3 ans pour les initier au jeu de cartes, il se doit de leur parler. Et c’est le cas ! Ballons propose un thème universel, de beaux dessins, colorés et amusants mais aussi des cartes renforcées et épaisses. Ce jeu va permettre, également, à vos petits joueurs en herbe de comprendre ce qu’est une règle de jeu et à l’utiliser à bon escient.

En effet, le jeu est simple. Après avoir mélangé les cartes ballons au nombre de 25 (5 par couleur : jaune, rouge, vert, bleu, violet), vous distribuez 5 cartes par joueur qu’ils positionneront face à eux côté ballon visible. Les cartes « action » sont, quant à elles, mélangées et placées face cachée au centre de la table. Vous voilà prêts à éclater du ballon !

Chacun son tour dans le sens des aiguilles d’une montre, les joueurs piochent une carte action et, s’ils peuvent, l’exécutent puis la défaussent sinon ils la défaussent directement. Les actions étant très simples à résumer : soit un de vos ballons éclate, soit il s’envole. Si la couleur du ballon sur la carte action correspond à la couleur d’un de vos ballons : « Paf », il disparaît ! Pour ce faire, vous retournez la carte ballon concernée.

Et là, c’est le drame… « nos razmokets » commencent à voir leur réserve de ballons diminuer et s’insurgent à chaque nouveau ballon qui éclate : « C’est pas juste ! ». Mais une fois encore, Maman est là et ce n’est pas un jeu de mot… presque 😉 Car parmi les cartes actions, on trouve des mamans bienveillantes qui vous redonnent un ballon, vous permettant de remettre en jeu un de vos ballons éclatés, en retournant la carte face ballon de nouveau.

La partie se déroule ainsi ponctuée de « Ooohhhh… » et de « Aaaahhh ! ». Lorsque la pioche est épuisée, on mélange la défausse pour former la nouvelle pioche et on continue à jouer. Le jeu se termine dès qu’un joueur n’a plus de ballon. On compte alors les ballons restants, celui qui en a le plus gagne et si plusieurs joueurs ont un nombre de ballons identique, il sont alors tous désignés gagnants.

Parce que les règles sont simples, la prise en main est rapide et votre enfant apprendra vite à jouer de façon autonome avec d’autres enfants sans le concours d’un adulte et ça c’est bon pour sa recherche d’indépendance et sa sociabilité. Ballons permet aussi d’apprendre ou d’entretenir quelques notions comme les couleurs et les chiffres.

Notre avis

Pour moi, Ballons est un jeu à posséder obligatoirement quand on veut inviter les petits dans l’univers des jeux de société. Il leur correspond beaucoup dans sa simplicité, son univers et ses couleurs. C’est vraiment un jeu pensé pour eux.

On adore

  • La règle du jeu simple qui permet aux enfants de jouer entre eux.
  • L’univers et les illustrations colorées qui plaisent aux enfants
  • Des cartes résistantes et épaisses qui survivront aux petites mains délicates
  • Le prix

On déplore

  • La durée de vie du jeu destiné vraiment aux tout petits de 3-4 ans.
  • Le changement de packaging qui est passé d’une boite métallique solide et qui ferme à une boite en carton qui s’ouvre toute seule.

 

L'avis de la rédac'