Cat'astrophes

  • 2 à 6 joueurs
  • 7+
  • 15 à 20mn
  • kickstarter : 19 €
  • Auteur(s) : Ludovic Mahieu
  • Illustrateur(s) : Éléanor Ernaelsteen (Hecatehell)
  • Éditeur : Hellion Cat SPRL
  • Année de sortie : 2018
  • Site officiel

Merci à Ludovic de nous avoir envoyé ce kickstarter familial à tester durant la campagne. Elle est encore ouverte jusqu’au 8 avril, alors pour savoir si ce jeu est fait pour vous, suivez le lapin blanc… Euh non, le chat noir…

Const’chat

Les chats sont des animaux adorables avec les humains… sauf quand ils font des bêtises ! Pour râler régulièrement sur mes chats, j’en sais quelque chose. Heureusement qu’ils reviennent quémander des caresses et ronronner.

L’auteur s’est basé sur ce constat commun à tous les propriétaires de chats pour faire un jeu interactif à souhait et bien méchant. En effet, le but est de faire en sorte que les autres passent à votre place les seuils de bêtises, et marquent des points. De votre côté, vous en récupérez en repassant sous ses seuils grâce à des ronrons bien placés.

La piste de score

Comment chat saute dans tous les sens

À chaque tour, vous avez le chaoix entre :

  • jouer une carte devant vous (si un autre joueur ne vous en a pas collé une),
  • jouer une carte devant un autre joueur (s’il n’en a pas déjà),
  • ou piocher une ou deux cartes.

Simple, efficace, et sournois.

En effet vous avez deux types de cartes : les bêtises pour augmenter sur l’échelle commune, ou les ronrons pour redescendre sur cette même échelle. Mes chats sont très doués pour monter et descendre les échelles, c’est impressionnant.

Évidemment vous allez avoir intérêt à jouer une petite carte devant vous pour ne pas atteindre le seuil, ou une grosse devant un adversaire pour lui faire dépasser. L’ordre du jeu est donc très important.

Sauf que vous avez des bêtises spéciales, les sournoises, qui se jouent avant les autres. Bien sûr, les cartes se jouent face cachée, mais on renifle très vite ce que l’on vous a refilé.

On résout le tout quand chacun a choisi son action.

Bref, cela vous donne une idée du bazar qui se joue, un peu à la Colt Express.

Et le vainqueur ? Ben je chat pas encore…

Le jeu s’arrête dès qu’il n’y a plus de carte dans la pioche. Les bêtises qui vous restent en main vous sont attribuées, pouvant vous propulser chat vainqueur si vous en avez pioché trop ! Surtout que les ronrons en main ne comptent pas, chat ch’est vraiment méchant !

Ou bien le jeu s’arrête si un chat atteint les 20 points. Mais je ne l’ai jamais vu, ni à 2, ni à 6. Cela devrait pouvoir arriver en cas d’a-chat-rnement j’imagine ;-).

Notre avis

Ce petit jeu apéro vous force à des décisions cornéliennes, mais simples. Devez-vous vous débarrasser de toute votre main, mais garder très peu de choix de jeu. Ou alors piocher, mais pas trop, et prendre le risque de vous voir attribuer une bêtise, et d’avoir trop de cartes à la fin. Avec un peu de devinettes : le premier joueur va-t-il se jouer une grosse carte pour rapprocher le joueur suivant du seuil suivant ? Ou un ronron pour redescendre sous le seuil actuel ?

Le tout se fait dans une bonne ambiance joyeuse et revencharde, ou froidement calculatrice, suivant le style. J’ai vu l’amour initial plein de ronrons échangés d’une mère et d’une fille (de 9 ans) finir toutes griffes dehors !

Pour parfaire le tout, les illustrations sont vraiment trop kawaï !!! Et l’auteur s’est bien amusé sur les textes.

Le seul côté frustrant est que si vous n’avez pas de chance et ne piochez que de bêtes cartes bêtise, vous n’avez que très peu de choix d’action. Heureusement, vous pourrez toujours pourrir les autres un maximum ;-).

On adore

  • le côté fun et méchant du jeu
  • un jeu accessible pour la famille, et rapide
  • les illustrations et les textes des cartes, bien dans l’ambiance
  • le thème bien exploité

On déplore

  • c’est un jeu de cartes à distribution aléatoire : si vous n’avez pas les bonnes cartes… mais les parties s’enchaînent vite
  • le choix inadapté des icônes en haut des cartes : on ne peut pas savoir d’un coup d’oeil si c’est un ronron, une bêtise ou une sournoise. Une personnalisation (style griffe, ou patte de velours) aurait été la bienvenue. Ou mettre les deux icônes l’une en-dessous de l’autre.
  • le choix du terme « punitions » pour l’échelle de scores. Cela a rebuté plusieurs joueurs. On ne punit pas un chat, on l’éduque (aïe le débat :-)). Je n’utilise plus ce mot pour expliquer le jeu, je parle juste de la piste de score.

Le lien kickstarter :

https://www.kickstarter.com/projects/hellioncat/catastrophes