Codenames

  • 2 à 8 joueurs
  • Âge : 12 ans et +
  • Durée de la partie : 15 min
  • Auteur(s) : Vlaada Chvátil
  • Illustrateur(s) : Stéphane Gantiez et Tomas Kucerovsky
  • Année de sortie : 2016
  • Prix : 18 €
  • Éditeur : Czech Games Edition et IELLO

Codenames est un jeu qui fait beaucoup parler de lui, à juste titre, il est simple, fun et grand public, à l’image d’un Dixit ou d’un Mysterium.

codenames-jeu-de-societe-1

Des mots, un chiffre, des gens : un jeu

La recette est simple, simplissime même : des mots à faire deviner à son équipe, qui sont disposés sur la table, avec comme seule contrainte de ne pouvoir utiliser qu’un seul mot et un seul chiffre pour les faire deviner. Par exemple, l’espion en chef dit « Parfum, 3 ». Son équipe devra donc trouver 3 mots liés à « Parfum ». Cela pourra être par exemple « Odeur », « Nez, » et « Fleur ».

codenames-jeu-de-societe-2

codenames-jeu-de-societe-4

Chaque mot est recouvert d’une carte de la couleur de l’équipe d’espion qui l’a cité. À la manière d’un Pyramide à l’envers (oui, bon, la référence nineties, quoi ^^), il faut limiter le nombre de mots à trouver, puisqu’il ne faut pas se tromper : on ne peut pas utiliser tous les mots de la table, seulement ceux qui nous sont assignés dans la carte « code » dont il faudra respecter le motif. Dans l’exemple ci-dessous, impossible de faire deviner les mots en haut à droite et en bas à gauche, il ne faudra faire deviner que ceux qui sont en bleu (pour l’équipe bleue) ou en rouge (pour l’équipe rouge).

codenames-jeu-de-societe-5

En effet, les mots à trouver pour chaque équipe forment un « code » qui permet de gagner la partie : l’équipe qui reproduit ce motif dans son intégralité sera élue meilleure team d’espions de tous les temps. Eh ouais, rien que ça.

codenames-jeu-de-societe-8

Un jeu d’ambiance intelligent

Et ce n’est pas si évident. Je le classerais dans la même catégorie qu’un Imagine ou qu’un Dixit, qui fait appel à nos références communes et à notre sens de la communication. J’irais même jusqu’à parler d’empathie, puisqu’il faut se mettre à la place du joueur pour comprendre ce qu’il veut dire (ça marche toujours mieux avec des gens que l’on connaît, bien sûr…). D’ailleurs, on peut jouer à Codenames avec les cartes de Dixit, histoire d’ajouter une petite couche d’abstraction à tout ça. Gus nous explique comment dans son article « Codenames: Dixit ».

Notre avis

Un jeu d’ambiance intelligent (ça, je l’ai déjà dit), qui peut se renouveler avec des cartes de Dixit (voire des objets ?) et qui oblige les joueurs à grouper, synthétiser, communiquer et faire preuve d’empathie. Un jeu d’ambiance où l’on se canalise, tout un concept 🙂

On adore

  • Les interactions entre les joueurs, ça en fait un beau jeu d’ambiance
  • Les références et quiproquos qui en émanent (finalement, c’est ça le plus rigolo)
  • Le côté « jeu en équipe »

On déplore

  • Le thème de l’espionnage, qui n’est finalement que très peu utilisé ni évident
  • Le jeu souffre d’un problème de taille : s’il est d’une évidente facilité au bout de quelques tours, il n’est pas des plus aisés à expliquer 🙂 Un petit challenge de pédagogie
  • Après quelques parties, on a envie d’une interaction un peu plus forte (pièges, coup fourrés) entre les deux équipes mais le jeu ne le permet pas, dommage

L'avis de la rédac'

Sandrine

Sandrine

Voir partir les joueurs dans des extrapolations les plus tordus alors que pour vous c’est tellement simple, c’est ça Codenames !
Aussi amusant à voir qu’à jouer, c’est un super party game accessible à tous… pour peu qu’on est les mêmes références culturelles !