Cottage Garden

  • 1 à 4 joueurs
  • Âge : à partir de 8 ans
  • Durée de la partie : 45 minutes
  • Auteur(s) : Uwe Rosenberg
  • Illustrateur(s) : Andrea Boeckhoff
  • Année de sortie : 2016
  • Prix : 30€
  • Éditeur : Spielwiese, distribué par Blackrock Games
  • Site officiel

Dans Cottage Garden, l’auteur Uwe Rosenberg revient avec le grand frère de Patchwork. Là, il ne s’agira pas de réaliser la plus belle des couvertures, mais le plus beau des parterres de fleurs (oui, les thèmes d’Uwe sont pour le moins… originaux :)’ ). Reprenant la mécanique du Tetris, il faut donc imbriquer les pièces les unes dans les autres afin d’optimiser son jardin.

Pourquoi « Grand Frère » ?

Je le qualifie de « grand frère » car, bien que gardant une règle du jeu assez simple, il fait appel à des mécaniques de jeux un peu plus complexe que son « petit frère ».

La pioche des pièces et le compte tour

Dans un premier temps, on récupère donc des massifs de fleurs (que l’on tourne dans tous les sens pour voir si ça rentre ou pas ;)). Pour récupérer ces morceaux de jardins, on va les choisir sur un plateau central en fonction de la colonne où le dé vert se trouve.


À chaque joueur, le dé vert avance d’une colonne. Étant donné que l’on tombe toujours sur les mêmes colonnes (sauf à trois), on peut ainsi anticiper plus facilement les prochaines pièces que l’on pourra piocher. La partie s’achève au bout de 6 tours.

La serre (plateau de pioche) se vide vite, il faut donc la ré-approvisionner assez régulièrement quand il ne reste qu’une ou aucune pièce sur la ligne. Les pièces sont prises dans une réserve et dans leur ordre d’apparition. Il est donc encore possible d’anticiper ce paramètre, mais c’est sans compter sur les actions des autres joueurs. Si le jeu est à peu près anticipable à 2, il l’est moins à 3 et quasiment pas à 4 joueurs.

Le nombre de joueurs

Le jeu peut se jouer de 1 à 4 personnes, avec 2 faces sur le plateau suivant le nombre de joueurs. Je n’ai pas eu l’occasion de jouer en solo, toutefois à 2, 3 et 4 personnes, le jeu tourne très bien.

Et les points alors ?!

Dans le jeu, ce qui permet de faire des points, ce sont le nombre de pots et de cloche à fleurs sur un parterre rempli. Je ne savais pas que cela s’appelait des cloches à fleurs, j’ai donc appris un truc avec le jeu ! 

Le système de points des pots de fleurs est classique : 1 pot = 1 points, ils sont donc assez nombreux.
Le système de points des cloches à fleurs est doublé : 1 cloche = 2 points, elles sont moins nombreuses.

On marque des points à chaque parterre dont les cases vides de pots et/ou de cloches sont remplies de fleurs.

À la fin de l’échelle de points, on passe d’une case valant 15 à 20 points pour les pots, et de 14 à 20 points pour les cloches. Il est donc intéressant de perdre quelques « cases » et d’aller au bout de l’échelle de points.

Pour noter les points, nous avons à notre disposition 3 petits cubes orange (pour les pots) et 3 petits cubes bleu (pour les cloches). Quand on a fini de compléter entièrement un parterre, on n’avance qu’un seul cube de chaque couleur, les points ne peuvent donc pas être répartis sur plusieurs cubes d’une même couleur, ce qui est très important !

Par exemple, si on obtient 7 pots de fleurs, et que votre premier cube orange se trouve sur la case 12, il sera peut-être préférable d’avancer un autre de ses cubes oranges. En effet, l’échelle de point passant de 15 à 20, pour passer de la case 12 à la case, il ne faudrait comptabiliser que 4 pots de fleurs, on perdrait donc potentiellement 3 points.

Le système de points met donc un peu de piment et il faut faire les bons choix afin de rentabiliser un maximum ses points.

Et c’est quoi cette histoire de chatons ?!

Eh bien oui, n’avez-vous jamais vu des chatons batifoler dans les parterres de fleurs de vos grands-mères ? Non ? Bon, moi non plus 😀

Toutefois, le chaton a sa petite importance…

On commence la partie avec 2 chatons. Ceux-ci peuvent être utilisés de 2 manières :

  • soit on en défausse un afin de remettre des pièces dans la colonne où on doit piocher même s’il reste plus de 1 pièce.
  • soit on le couple à un pot de fleur quand on décide de piocher un pot de fleur à la place d’une pièce de jardin. Ce qui permet de finaliser plus rapidement son parterre et surtout de combler les trous !

Et la brouette ?

Et non, j’ai été bien déçue d’apprendre que la brouette n’avait pas une place majeure dans le jeu, elle ne sert qu’à déterminer le début de la pioche de réserve des morceaux de fleurs.

Il y a également un parasol qui permet de remplacer la pièce de jardins pendant qu’on essaie de la faire rentrer désespérément sur son parterre. Cela permet de replacer la dite pièce au bon endroit si jamais celle-ci ne convenait pas.

Et quand on a fini son parterre ?

Dès qu’on a rempli son parterre et comptabilisé les points, on pioche celui de la réserve et on le retourne l’ancien pour qu’il devienne celui de la réserve. Chaque face de parterre est différente. On remplira donc plusieurs parterres par parties.

Fin de partie

La partie s’achève à la fin du 6e tour représenté par la face 6 du dé. Toutefois, au début de ce dernier tour, tous les parterres qui ont 2 ou moins de pièces de fleurs sont défaussés. Les parterres restant doivent être terminés. Au début de chaque tour, le joueur devra perdre 2 points minimums sur l’une de ses pistes de score.

Il faut donc bien réfléchir afin de finir le plus rapidement possible ses parterres soit avant la fin du 5e tour, soit très rapidement au début du 6e tour.

Notre avis

Cottage Garden est un jeu sympa à jouer et à regarder. Les éditeurs mettent vraiment l’accent sur le visuel autant que sur les mécaniques de jeu, ce qui fait que l’on se retrouve avec une brouette en 3D qui ne sert pas vraiment mais qui met plus dans l’ambiance.

Le jeu reste un jeu pour les familles, les parties sont courtes ce qui permet de retenter l’expérience assez rapidement. Les amoureux de Tetris et des puzzles seront comblés.

On adore

  • le soins apporté aux graphismes, au matériel et aux détails
  • la mécanique de jeu qui permet de jouer avec le plus grand nombre
  • la durée des parties qui permet d’en enchaîner plusieurs
  • le mécanisme de pioche et de chevrons qui permettent de mieux anticiper ses prochains coups

On déplore

  • une des phrases de la règle du jeu qui est restée en allemand … c’est original 😉
  • la règle qui n’est pas toujours très claire, certains points sont mieux expliqués dans les recommandations à la fin de la règle
  • la brouette, bien que très jolie, elle n’a pas vraiment d’utilité

L'avis de la rédac'