Dwarfs

  • 2 à 4 joueurs
  • 8+
  • 30 min
  • 25 €
  • Auteur(s) : Luís Brüeh
  • Illustrateur(s) : Luís Brüeh
  • Éditeur : Atalia
  • Année de sortie : 2018
  • Site officiel

Dwarfs est un jeu qui ne paye pas de mine (de nain) au premier abord, mais qui gagne à être creusé, pour découvrir une gemme polie (enfin, la gemme, pas le nain, hein ! – je suis amateur de Naheulbeuk**, on se refait pas).

Le conte de fées

Le conte de fées, c’est bon pour Fairy tile. Avec Dwarfs, pas d’hésitation : il faut couper le royaume de l’adversaire, lui envoyer géant et dragon, et hacher menu ce qui se trouve sur votre chemin. Le décor est posé, lâchez les nains !

Un découpage ternaire

À chaque tour, un joueur a trois choix, parmi trois actions :

  • agrandir le royaume commun
  • poser un nain (là c’est la nouveauté par rapport à Fairy tile)
  • bouger un nain

Il peut, de plus, jouer gratuitement une ou plusieurs cartes ogres.

Enfin il engrangera les conséquences de ses actions.

Agrandir votre royaume et piétiner celui des autres

Vous avez beau construire dans le même territoire, vous ne construisez que pour vous. Pour deux raisons : d’abord tous les points de victoire de votre royaume, vous ne voulez pas les partager avec les autres. Ensuite, s’il y a déjà un monstre dans le royaume voisin, vous n’avez pas envie qu’il vous pourrisse votre royaume aussi.
Pour agrandir, c’est simple : vous posez une carte, soit à côté d’une autre, soit par-dessus une autre si elle est du même type (et s’il n’y a pas de nain dessus), surtout si cela réduit le royaume du voisin. Vous choisissez parmi votre main de départ de neuf cartes royaumes. Vous avez votre château, quatre mines, deux auberges et deux monstres, comme chaque autre joueur.
Seul le château est à votre couleur. Les autres cartes sont dans votre royaume seulement si vous pouvez y parvenir à partir de votre château sans traverser le néant ou un mur. Ce qui fait que deux châteaux peuvent à plusieurs moments de la partie se retrouver dans le même royaume, au grand dam de l’un des deux propriétaires en général.

Les châteaux rouge, vert et bleu sont tous dans des royaumes distincts

 Si vous choisissez de poser une carte, ce n’est pas forcément pour agrandir votre royaume. Surtout si c’est un monstre, vous ferez attention à l’envoyer chez un adversaire. Mais s’il y a trop de monstres partout, vous pouvez très bien poser votre carte à l’écart des royaumes, pour pouvoir miner tranquillement. Quitte à la rattacher plus tard par une carte habilement placée.

Poser un nain

C’est simple : s’il vous reste des nains dans votre réserve (vous n’en avez que 7), vous le mettez sur un emplacement libre sur n’importe quelle carte du royaume, même le château d’un adversaire. Et plus cela l’embête, mieux c’est. Si vous ne savez pas comment l’embêter, mangez un chiantos***.

Bon, il faut aussi que cela vous permette de compléter une carte, pour l’activer – cf « engranger » plus loin. Mais si vous avez un nain ennemi sur la carte que vous voulez compléter, il va vous falloir l’aide des ogres pour vous en débarrasser, car les nains ne se battent pas entre eux (et c’est dommage).

Bouger un nain… qui n’a pas la bougeotte, lui *

Si vous ne pouvez plus poser de nain, ou si votre nain a subitement la bougeotte, vous avez le choix de le bouger d’une case par action. Attention, un nain ne peut ni traverser le néant, ni traverser les murs.

Engranger les conséquences

Après avoir terminé toutes vos actions, vous regardez si vous avez des cartes avec suffisamment de nains pour y accomplir l’action (c’est marqué en bas à droite). Dans ce cas, vos nainscessaires se dépêchent de rentrer dans votre réserve, et vous réalisez l’action. Vous ne pouvez donc pas poser des nains, accomplir l’action, et les reposer aussitôt ailleurs. Si vous n’avez plus assez de nains pour réaliser vos objectifs, il ne vous reste plus qu’à les déplacer… et c’est mal(n)ain ;-).

Les actions des cartes

Le château

C’est votre pièce maîtresse. Il est indispensable pour pouvoir marquer des points de victoire de royaume – dans la main il nain sert à rien. Il vous apporte une action de plus, donc 4 au lieu de 3. Sauf s’il y a un géant dans votre royaume. Et pour deux nains, vous pouvez creuser. Cela consiste à prendre la carte du dessus d’un tas, pour la mettre en-dessous. Oui, rappelez-vous, ces pourris qui ont recouvert votre belle auberge marchande avec une auberge à ogres, vous faisant perdre vos mines au passage à cause des murs… Sauf que vous ne pouvez pas creuser s’il y a un monstre dans votre royaume (ou un nain sur la pile où vous voulez creuser)

Les mines

Simple : vous récoltez une ou deux pierres précieuses, pour 2 à 3 points de victoire au total, avec 2 ou 3 nains. Faites bien attention à la manière dont vous placez les murs de la carte mine, et n’oubliez pas de recouvrir une autre mine si cela permet de piétiner le royaume du voisin.

Les auberges

L’auberge des marchands vous permet d’utiliser vos pierres précieuses pour prendre un des 3 objectifs communs en jeu (que l’on remplace aussitôt par un nouveau), pour 3 nains.

L’auberge des ogres vous permet de piocher une carte ogre pour 2 nains. Les effets : bouger un pion (surtout de l’adversaire), échanger deux pions sur le terrain, enlever tous les pions d’une carte (ah il te manquait un nain pour tuer le géant ? dommage !), piquer une pierre précieuse à un autre joueur, ou piquer toutes les cartes ogres d’un autre joueur. Vous ne pouvez pas utiliser la carte ogre le tour où vous la piochez.

Les monstres

Ces cartes font clairement suer les autres joueurs. Il va donc falloir qu’ils s’en débarrassent, soit en les tuant avec 5 nains (de la même couleur évidemment : pas d’entraide à ce jeu !), soit en l’isolant de son royaume. En effet on ne peut pas les recouvrir. Le dragon peut recouvrir une mine par contre. En contrepartie, un monstre tué rapportera 3 points de victoire en fin de partie (et on l’enlève du royaume).

Le géant empêche les châteaux de bénéficier de 4 actions, ainsi que l’action creuser du château.

Le dragon est vraiment la plaie des nains : il empêche d’exploiter toutes les mines du royaume où il est !!! Ainsi que l’action creuser du château.

Attaque de monstre, sauf qu'il y a un vert qui fait suer !

Le rouge attaque le dragon, mais il lui faut déloger le vert d’abord !

Quel plaisir on a d’envoyer un monstre dans un royaume adverse… :-). Et de mettre un nain dessus, histoire de faire utiliser un ogre pour le déloger avant de vaincre le monstre, gniark, gniark, gniark !

Et comment on brille à la fin ?

La partie s’arrête quand un joueur a réalisé 3 objectifs. Soit son objectif secret reçu en début de partie et 2 communs, soit 3 communs. Les monstres ne comptent pas comme un objectif.

On additionne alors les points de victoire des objectifs, des pierres précieuses encore en main, de votre royaume, et les monstres tués. Les cartes royaume encore en main ne comptent pas. Ce jeu encourage les alliances contre-nature, puisque si deux châteaux sont dans le même royaume, ils marquent chacun TOUS les points ! Ce n’est même pas divisé par deux ! Honteux ! Sauf s’ils n’ont que des auberges d’ogre, qui valent -2 points de victoire…

Décompte de fin de partie

Notre avis

Dwarfs est un jeu équilibré, calibré pour durer peu de temps. Du coup la tension est permanente et les choix cornéliens. De plus, il y a plusieurs manières de gagner : ce n’est pas forcément celui qui a fini ses trois objectifs qui gagnera.

On a l’impression d’avoir des choix limités de par le nombre de cartes en main, mais la combinaison des points de victoire avec ceux du royaume donne plusieurs possibilités.

Le petit plus vient vraiment du plaisir d’ennuyer les autres. Si vous êtes pacifiques, allez jouer à Fairy tile (quoique, même à Fairy tile on peut déplacer les pions pour essayer d’ennuyer les autres, mais il faut réussir à deviner leur objectif).

On adore

  • La foire d’empoigne pour posséder le plus grand territoire
  • Le côté « pourri » du jeu, où clairement il ne faut pas faire de cadeaux
  • Une profondeur qui nécessite quelques parties pour maîtriser toutes les possibilités
  • Un matériel soigné

On déplore

  • 7 nains, c’est peu, surtout quand il y en a déjà 3 sur chaque monstre pour faire ce fichu objectif secret !
  • Ce n’est pas le même jeu à 2 joueurs, car la tactique l’emporte alors sur le chaos, mais cela permet de tester des stratégies
  • Se faire pourrir par les autres nains à 2 contre 1. Mais 30 mn, cela permet de réclamer une revanche !

Les précisions du lutin

La règle est très claire, et bien écrite, mais elle ne gère pas tous les cas. Voici quelques précisions recueillies auprès de l’éditeur, qui nous indique que cette règle est basée sur la v1 anglaise, et que la v2 a été écrite depuis la sortie de l’édition française, apportant d’utiles informations :

  • Si vous créez « un trou » en enlevant un monstre après l’avoir vaincu, eh bien tant pis ! Le trou reste (c’est ce que j’appelle le néant), et vous pouvez avoir des bouts de royaume isolés. Les nains isolés sur ce bout de royaume ne pourront plus se déplacer tant qu’ils seront isolés, et ce bout de royaume n’appartiendra à personne. Ou alors, en règle optionnelle, vous pouvez bouger la carte isolée pour « recoller » au royaume. L’auteur me précise à l’oreille que dans une future extension, vous pourrez y mettre une carte « Mémorial de guerre » à la place.

Création de néant par suppression de géant : le dragon ne sera plus rattaché à un royaume

  • Il n’est pas possible de recouvrir le château d’un autre joueur par son propre château (c’est explicite dans la règle anglaise, mais hélais pas la française). De plus, j’ai ajouté une règle maison : il n’est pas possible de poser son château à côté d’un autre pour ne former qu’un seul royaume jusqu’à la fin de la partie. C’est contraire à l’esprit de compétition des nains !
  • Quand on pose un château, on peut aussitôt utiliser son action supplémentaire, tout comme dès qu’on pose un monstre, son pouvoir négatif entre en jeu (précision recueillie auprès de l’éditeur également).
  • Vous pouvez envisager une règle maison « trash » : vous avez le droit de recouvrir une carte où il y a des nains, soit en la posant, soit en creusant avec le château. Cela simule bien l’éboulement d’une mine ou d’une auberge :-D.
  • Le jeu original a été édité par Vesuvius, s’appelle Dwar7s Fall, et possède déjà une extension. Un kickstarter coopératif nommé « Dwar7s winter » est en cours (avec comme pitch caché « winter is coming »… cela vous dit quelque chose ? ;-).

* cf l’article de Fairy tile, où tous les pions ont la bougeotte quand ils se déplacent

** quoi, vous ne connaissez pas le Donjon de Naheulbeuk ? La 1ère websérie audio fantasy française sortie il y a plus de 15 ans ? Alors précipitez-vous écouter au moins le 1er épisode, c’est culte, et c’est par ici.

*** le chiantos est l’objet d’une pub dans le Donjon de Naheulbeuk. Cf **. Il permet au nain de lâcher des vannes comme un champion :-D. Bon, généralement c’est contre les elfes, mais contre les autres clans nains, cela marche aussi.