Hanabi

  • 2 à 5 joueurs
  • Âge : 8 ans et +
  • Durée de la partie : 20 min
  • Auteur(s) : Antoine Bauza
  • Illustrateur(s) : Albertine Ralenti
  • Année de sortie : 2011
  • Prix : 9,90 €
  • Éditeur : Cocktail Games

« Hanabi », ça veut dire « feu d’artifice » en japonais. Voilà, vous aurez au moins appris quelque chose en lisant les premières lignes de cet article.

Même si Hanabi n’a de rapport avec le feu d’artifice que le nom, ça n’en reste pas moins un jeu d’entraide absolument intéressant (et auquel il ne faut pas jouer bourré — oui, c’est du vécu). Preuve en est, il est Spiel Des Jahres 2013.

Interdiction de regarder tes cartes !

La particularité d’Hanabi, c’est que l’on joue sans jamais connaître sa main : les cartes sont retournées face à nos co-équipiers. C’est un jeu coopératif, donc tout le monde joue ensemble (pas de traître, cette fois-ci !). Le but : poser la bonne carte dans la bonne pile, au bon moment. Rien que ça.

hanabi-4

Pour cela, il faudra aider et être aidé de ses amis, qui auront pour mission de vous donner des indices sur ce qui est dans votre jeu. La difficulté est non seulement de comprendre les indices, mais en plus de s’en souvenir, étant donné que parfois, vous ne pourrez simplement pas poser la carte.

hanabi-12

Bah oui, on ne regarde pas ses cartes !

Des indices ? Quels indices ?

Chaque joueur a dans sa main 4 cartes, qui ont chacune une couleur et un chiffre. Le but du jeu étant de faire des tas de couleurs au centre de la table, en posant d’abord le chiffre 1, puis le 2, puis le 3… ainsi de suite jusqu’à 5. Il y 5 couleurs en tout, 6 avec les cartes multicolores. Le maximum de points possible étant 25 (30 avec les multicolores), pour cela il faut réaliser un tas de chaque couleur, allant jusqu’au chiffre 5.

Bon, c’est pas super simple à expliquer, mais c’est tout bête, en fait (les règles en vidéo sont à la fin de l’article).

hanabi-6

8 indices, et pas un de plus !

Un jeu coopératif très très coopératif

À son tour de jeu, chaque joueur a une seule action possible, parmi celles-ci :

Donner un indice à un joueur

Pour donner un indice à un joueur, il faudra préalablement défausser un pion indice, et donc il faudra qu’il en reste en réserve.

Les indices sont donnés par typologie de cartes que le joueur a en main. On ne peut donner d’indice que sur un chiffre ou sur une couleur, jamais sur les deux. Par exemple, il faudra dire (et montrer) au joueur : « ces deux cartes sont rouges », « cette carte est un 2 ». Attention : l’indice qui est donné l’est sur l’ensemble de sa main, ainsi il faut absolument dire s’il a plusieurs cartes rouges, ou plusieurs « 2 » si c’est le cas. On ne peut donc pas dire « cette carte est un 1 » si le joueur a plusieurs cartes « 1 » en main. Il faudra toutes les montrer au joueur. C’est ce qui fait toute la complexité (et l’intérêt !) du jeu : il est nécessaire de faire des regroupements d’indices pour arriver à une conclusion logique et être sûr(e) de sa carte.

Astuce : pour se souvenir de la carte pour lesquelles vous avez des indices, le protip est de la retourner (vous voyez donc son dos à l’envers) et de la mettre à droite dans votre jeu. Ainsi, les joueurs savent que toutes les cartes à droite de votre main sont celles que vous voulez potentiellement garder, ou du moins dont vous connaissez le contenu. Il est d’ailleurs possible à tout moment de demander à un joueur ce qu’il connaît de sa main.

hanabi-7

Dans ce cas, on peut dire à Audrey, notre gentille copine joueuse, qu’elle a deux « 1 » ou deux « bleu » par exemple

Poser une carte

Pour poser une carte, il faudra que le chiffre soit strictement supérieur à celui déjà posé sur la table, de la même couleur. Par exemple, si le tas bleu est commencé et est déjà au chiffre 2, il faudra poser un 3 bleu. Impossible de poser un 4 ou 5, sinon on se prend un éclair, et à partir de 3 éclairs pris par l’ensemble des joueurs, on perd la partie. Pour poser, donc, il faudra être sûr(e) de votre carte, et choisir la bonne ! C’est un bon exercice mental, qui fait qu’Hanabi met bien le cerveau en ébullition.

hanabi-5

Se défausser

Pour donner des indices, il faut qu’il y en ait dans la réserve, vous disais-je. Une fois la réserve épuisée, comment reprend-on des indices ? En défaussant des cartes, pardi ! En effet, tout au long du jeu, il y aura des cartes dont vous n’aurez plus l’utilité (comme par exemple un « 1 » quand tous les tas ont été commencés), voire dont vous serez obligé de vous défausser faute d’indice sur la teneur de votre main. La défausse d’une carte est le seul moyen de récupérer un indice.

hanabi-11

Oh la défausse qui fait mal : trois « 5 » défaussés alors qu’il n’y en a qu’un par couleur… joli fail 🙂

Fin du tour

Une fois son tour terminé,s’il a posé ou s’il a défaussé, le joueur repioche une carte. Attention à bien la placer ! L’idéal est donc de la positionner à gauche de sa main, les cartes que vous connaissez étant celles à votre droite (vous suivez ?).

Comment gagne-t-on ?

Malgré son caractère coopératif, on ne joue pas contre le jeu, mais contre son propre score. Une petite grille a été mise en place par l’auteur, pour juger de son niveau :

ScoreFeu d’artifice
5 ou –Horrible
6 à 10Médiocre
11 à 15Honorable
16 à 20Excellent
21 à 24Extraordinaire
25 à 29Légendaire
30Divin

hanabi-10

Notre avis

Vous l’aurez compris, Hanabi est un jeu hyper coopératif, et nécessitant une présence absolue autour de la table : pas question d’être distrait. Le jeu est suffisamment court pour le permettre, et donne lieu à des petits moments de complicité que l’on apprécie tous entre amis. En plus, il tient dans la poche !

On adore

  • Le côté très coopératif
  • Les moments d’incompréhension autour de la table, toujours bien marrant
  • Le format hyper transportable
  • Le potentiel « triche » du jeu… et le fait de se faire violence et gérer ses frustrations quand on est mal compris : ça donne de belles situations bien cocasses 🙂

On déplore

  • Le thème (il est où, le rapport avec le feu d’artifice ?)
  • … c’est tout !

Les règles en vidéo

L'avis de la rédac'