Mysterium

  • 2 à 7 joueurs joueurs
  • À partir de 10 ans
  • 45 min
  • 36 €
  • Auteur(s) : Oleksandr Nevskiy et Oleg Sidorenko
  • Illustrateur(s) : Igor Burlakov
  • Éditeur : Libellud
  • Année de sortie : 2015
  • Site officiel

Mysterium, j’en avais beaucoup entendu parlé, alors j’avais hâte de l’essayer 🙂 Surtout qu’il n’est pas encore sorti en France, sortie prévue fin septembre – début octobre.
On nous l’a présenté comme étant un Cluedo-Dixit. Adorant Dixit, mais étant particulièrement nulle à Cluedo, j’ai eu des doutes sur mon efficacité durant la partie… Finalement, ça s’est révélé pas SI mal 😉mysterium_plateau

Principe du jeu

Vous êtes des médiums qui doivent retrouver le coupable d’un horrible meurtre perpétré dans un manoir hanté… Hanté justement par le fantôme de la personne assassinée.
Mysterium est donc un jeu de coopération, tout le monde s’unit pour deviner :

  • qui a tué
  • dans quel lieu
  • avec quelle arme

Ça, vous rappelle quelque chose ? 😉
Pour nous aider à deviner tout cela, le fantôme (joué par un joueur que l’on peut définir comme « maître du jeu ») va avoir en sa possession des cartes illustrées qu’il nous donnera à chaque tour de jeu pour nous faire comprendre ce qu’il veut nous dire. Les cartes ne sont pas sans rappeler l’univers du jeu Dixit : très conceptuelles, elles peuvent nous faire imaginer tout et n’importe quoi. Évidemment, ce n’est pas sans raison, puisqu’il s’agit du même éditeur 🙂

Les armes

Les armes

Déroulement d’une partie

Il y a un certain nombre de tours de jeu (représentés par des heures sur une horloge) pour deviner « qui ? » « où ? » « avec quoi ? ».
À chaque tour de jeu, le maître du jeu qui représente le fantôme nous donne entre 1 à 3 cartes illustrées pour nous guider dans nos choix. Il a un certain nombre de cartes en main et pioche à chaque fois qu’il en donne une. Il a 3 jokers pour renouveler entièrement sa main, s’il le souhaite.
Les joueurs ont le droit de se consulter, de s’aider et de se mettre d’accord pour trouver ce qui leur correspond. Chaque joueur devra se positionner, d’abord sur un personnage, puis sur un lieu, puis sur un objet, par rapport aux indices donnés par le fantômes. Plusieurs personnes peuvent aller sur la même carte.
Dès la dernière carte donnée par le maître du jeu, on retourne le sablier et on doit faire nos choix avant la fin de celui-ci. Le dernier joueur a donc moins de temps que les autres pour se décider.
À chaque fin de tour et avant la fin du sablier, il est également possible de voter pour indiquer si l’on est d’accord ou pas avec le choix des autres joueurs. S’il s’avère que l’on a raison dans nos votes, on gagne une place sur une échelle. Cette place déterminera lors de la phase finale le nombre de cartes que le maître du jeu montrera à chaque joueur, c’est donc déterminant pour la suite. Les jetons de votes ne sont tous récupérés qu’au bout du 4e tour (donc à utiliser avec discernement ;))
Dans la 1re phase, nous devons trouver quel personnage nous sommes : l’explorateur, le policier, l’institutrice, etc.
Dans la 2e phase : une fois qu’on a trouvé qui on était nous devons trouver dans quel lieu nous nous trouvons : le laboratoire des bizarreries, le jardin, le garage, etc.Dans la 3e phase : une fois trouvé où nous sommes, on doit trouver quelle est l’arme potentielle que nous tenons : un chandelier, un rasoir, un vase, etc.
Si vous faites le calcul, nous avons donc une moyenne de 2 tours pour trouver chaque phase, sachant qu’il y a à chaque fois 2 cartes supplémentaires par rapport au nombre de joueurs.
À la fin de ces 6 heures, il faut que tous les joueurs est trouvé qui, où et quel objet ils ont. Autrement, la partie est perdue.

Phase finale : Au bout des 6 heures, quand tout le monde a trouvé ce qu’il devait trouver, le maître du jeu nous donne encore des cartes illustrées afin que nous puissions deviner qui est maintenant le coupable parmi les personnages.
Comme expliqué un peu plus haut, le nombre de cartes donné par le maître du jeu varie en fonction de nos intentions concernant les votes des autres joueurs.
Dans un premier temps, les joueurs ayant trouvé le moins de réponses, ont 3 cartes illustrées pour trouver le personnage, le lieu et l’objet, ce qui est compliqué car on ne sait pas si le maître du jeu met des cartes en rapport avec un personnage ou le lieu ou l’arme du crime ! Une fois que ces joueurs ont voté, ceux ayant atteint un certain palier ont une carte de plus, ils votent, et ainsi de suite, jusqu’à ce que tout le monde ait voté. Il n’y a pas de contrainte de temps sur cette phase.

Pour gagner la partie à 5 joueurs, nous devions avoir 3 bonnes réponses. Fidèle à moi-même, j’ai forcément donné le mauvais coupable, mais mes coéquipiers ont été plus efficaces que moi 😉 Nous avons donc eu 3 bonnes réponses.

Le maître du jeu faisant son possible pour nous donner les bonnes cartes, c’est donc bien un jeu de coopération.

Le jeu parait simple, mais toutes personnes ayant eu en main des cartes de Dixit comprendra que ce n’est pas si facile. Les cartes sont interprétables de différentes manières : est-ce qu’il faut que je m’attache à l’aspect général de la carte ou au petit détail (l’horloge caché dans le creux de l’arbre, par exemple).

mysterium_medium

Notre avis

On adore

  • Le mécanisme simple du jeu.
    Les cartes sont splendides comme celles de Dixit.
  • La mise en ambiance, le maître du jeu doit frapper 1 coup pour oui, 2 coups pour non. Vous pouvez même télécharger une bande son (flippante) sur le site de l’éditeur.

On déplore 

  • Peut-être un manque d’immersion, l’aspect Dixit nous éloignant de la pure enquête policière, pour être toujours dans l’interpretation…

Acheter Mysterium sur Amazon