Overbooked

  • 1 à 4 joueurs
  • 8+
  • 30mn
  • 25 €
  • Auteur(s) : Daryl Chow
  • Illustrateur(s) : Gyom
  • Éditeur : Jumbo
  • Année de sortie : 2019
  • Site officiel

Fin de partie à 3 joueurs : les avions sont bien remplis !

 

Dans Overbooked (sur-réservation en français), vous allez le plus vite possible remplir du mieux possible votre avion. Ce n’est pas un jeu de rapidité, puisque chacun joue à son tour. Par contre, tout le monde lorgne sur les passagers, pour essayer de faire embarquer ceux qui vont le mieux rentrer dans son avion, tout en essayant de dépasser les autres en taille de groupes. C’est d’ailleurs la seule interaction dans ce jeu (avec les chèques-repas). Cela peut faire penser à un puzzle à l’explication de règles, mais ce n’est qu’un aspect du jeu.

Embarquons dans les entrailles du hall des passagers pour regarder comment cela s’envole.

Tout le monde dans le hall de départ

La mise en place autour de l’aéroport donne à chacun un avion vide (identiques à part la couleur, et les illustrations rigolotes). Dans la réserve commune il y a 5 couleurs de passagers. Chaque joueur pourra embarquer 50 passagers dans son avion (40 à 4 joueurs). Quatre cartes voyageurs sont disponibles au centre, permettant d’embarquer 2 à 6 passagers. La partie s’arrête quand une couleur est épuisée. Cela donne donc environ une quinzaine de tours.

Embarquement immédiat !

Chacun à son tour va choisir une des quatre cartes. Si l’on choisit la première dans la file, pas de problème. Pour la suivante, il faut mettre un ticket repas sur la première. Si l’on veut la troisième, il faut aussi mettre un ticket sur la deuxième. Et donc pour choisir la dernière, il aura fallu dépenser trois tickets repas. Quand on récupère la carte, s’il y a des tickets dessus, on les prend avec.

Et là, la galère commence…

Le coeur du jeu est de choisir judicieusement sa cartes passagers, afin que ceux-ci « s’emboîtent » le mieux possible dans votre avion. Pour cela, vous avez le droit de tourner la carte dans tous les sens. Par contre, tous les passagers doivent aller dans la même section de l’avion. Il y a deux ou trois sections suivant le nombre de joueurs, délimitées par les travées.

Attention, si votre carte indique qu’un passager doit se mettre à une place déjà occupée, et bien le passager précédent est «éjecté» de l’avion, et mis dans l’escalier d’embarquement. Il y restera jusqu’à la fin de la partie, et vous vaudra deux points négatifs.

Heureusement, si vous jouez avec la règle «voyageurs fréquents» (que je conseille de prendre de suite), certaines cartes vous permettent d’éviter cela. Soit le passager éjecté retourne dans la réserve, soit vous pouvez éviter de poser un des passagers de la carte. Ou bien encore, vous avez le droit de traverser la travée.

Option « Voyageurs fréquents » en haut des cartes.

Vous avez aussi des cartes (de base) qui vous permettent de placer les passagers plus librement. Mais du coup vous n’en placez que deux (au lieu de trois à six pour les autres). L’avantage, c’est que vous ne les mettez pas forcément dans la même section.  Cela permet de boucher des trous, car chaque place vide à la fin de la partie vous enlève un point de victoire. Attention à ce sujet, si vous devez vous placer à l’extrémité d’une rangée, vous ne pouvez pas prendre un hublot, qui a son symbole dédié.

Carte de droite, placer deux verts près d’un hublot. Carte de gauche, placer le rouge entre 2 passagers, et le blanc à l’extrémité d’une rangée (mais côté travée et non hublot).

Décollage vers la victoire

Quand le dernier passager d’une couleur est placé, on fait en sorte que chaque joueur ait joué autant de coups. Et tant pis s’il ne reste plus d’une couleur… ou tant mieux, c’est cela de moins à placer, car à la fin, cela devient difficile ! Puis on compte.

Les joueurs vont marquer individuellement des points positifs pour :

  • chaque couple de pions rouges (les amoureux), mais attention, ils ne vont que par deux, ni plus, ni moins : 5 points
  • chaque pion blanc (les enfants) entièrement entouré par d’autres pions (mais pas par d’autres enfants, comme l’indique bien l’aide de jeu avec ses couleurs, mais pas la règle qui ne dit rien) : 4 points
  • certaines cartes passagers rapportent un point avec la règle «voyageurs fréquents» (à la place de leur «bonus» de placement)

L’aide de jeu pour les points de victoire est bien faite. On voit bien sur la 2ème ligne qu’un blanc ne peut pas être entouré par un blanc, mais que par des autres couleurs.

Puis la compétition entre les joueurs est prise en compte, pour les couleurs bleues, vertes et jaunes (les sportifs, les seniors et les amis). Pour chaque couleur :

  • un joueur marque autant de points que son groupe le plus grand sur son plateau
  • le joueur qui possède le groupe le plus grand (par rapport aux autres joueurs) double ses points : c’est donc là que tout peut se jouer

Et il y a les points négatifs :

  • moins deux par passager sur l’escalier d’embarquement
  • le joueur qui a en le plus sur son escalier (par rapport aux autres) se reprend un moins deux
  • moins un point par siège vide dans son avion

Malgré les malus liés aux passagers débarqués, rouge gagne grâce au fait qu’il est majoritaire dans tous les groupes (10 verts, 8 oranges, 8 bleus). Par contre, je m’étais trompé à la 1ère lecture des règles, et j’ai compté des points en trop pour certains blancs, qui sont entourés, mais avec d’autres blancs : cela ne fonctionne pas.

Notre avis

Overbooked est un jeu simple, avec plusieurs possibilités pour gagner, qui ne fonctionnent pas forcément à tous les coups. De fait, à ma dernière partie, j’ai essayé de remplir au plus vite l’avion. Pour ce faire j’ai débarqué pas mal de passagers. Mon adversaire, au contraire, est allée lentement mais sûrement, sans rien retirer. Et au final c’est elle qui a gagné ! Car j’ai dû notamment casser un groupe au dernier moment, n’ayant pu réussir à terminer le jeu rapidement (par épuisement d’une couleur, je rappelle).

Si vous trouvez le jeu trop trivial, vous pouvez le compliquer un peu en ajoutant :

  • des cartes complexes qui sont plus délicates à placer (de par leur taille)
  • une ou deux manières de plus de marquer des points, pour tous (+3 points pour chaque enfant à côté d’un couple, ou +4 points par rangée verticale complète…)

Vous avez même une option pour jouer en solitaire, avec plusieurs scénarios et niveaux de difficulté.

On adore

  • Le côté puzzle pour optimiser son plateau
  • Le look sympa de l’ensemble (la tour de contrôle en 3D sert juste à savoir qui est le 1er joueur)
  • Fonctionne aussi bien de 1 à 4 joueurs
  • Un joli plaidoyer contre le surbooking

On déplore

  • Les règles pourraient être un peu plus claires. Relisez les précisions dans cet article avant d’y jouer, cela vous aidera 😉

Le plus du lutin

Ce n’est pas précisé dans les règles explicitement, mais je conseille, pour la carte qui donne le droit de ne pas placer un passager, de considérer que le passager doit pouvoir être placé selon les règles régulières, avant de ne pas le faire. Par exemple, si le passager qu’on ne place pas se retrouverait en-dehors de l’avion si on le plaçait, ce n’est pas autorisé. Sinon, je trouve que cela rend la carte un peu trop forte.