Sabordage

  • 2 à 5 joueurs
  • à partir de 9 ans
  • 30 minutes
  • 27 €
  • Auteur(s) : Roméo Hennion
  • Illustrateur(s) : Djib
  • Éditeur : Superlude
  • Année de sortie : 2016

Sabordage est un jeu fun et chaotique où les boulets de canon volent de toute part ! Vous prendrez plaisir à construire votre navire et à détruire celui de vos concurrents… qui prendront plaisir à faire de même 😉

sabordage-jeu-de-societe-2

Mais pourquoi tant de déploiement de force ?

Tout simplement parce que vous (le meilleur des pirates, cela va s’en dire), avez le secret le mieux garder de toute l’histoire de la piraterie : l’emplacement secret du trésor de Barbe Noire !
Donc vous vous dépêchez d’apprêter votre navire afin d’y aller au plus vite ! Oui mais voilà, il semblerait que vous ne soyez pas le seul à qui Barbe Noire a confié son magnifique secret… Tous essaient donc de créer le meilleur bateau pour aller plus vite que son rival, et pourquoi attendre d’être en mer pour commencer à se tirer dessus ?

Le trésor tant recherché…

Le trésor tant recherché…

Construction et destruction

La partie se déroule en 3 marées (manches), après avoir pioché 4 tuiles, vous devrez choisir la tuile qui agrandira votre bateau, les autres tuiles seront passées à votre voisin pour le tour suivant… Cela vous créera de grands dilemmes, est-ce que je prends la tuile Trésor (qui me permet de glisser une tuile à la fin d’une manche) ou ce fameux canon à répétition (qui permet de tirer une fois à droite puis le tour suivant, une fois à gauche) qui a l’air si attirant…

Un jeu de planification, quoi de mieux qu'un gouvernail pour mener sa barre ? ;)

Un jeu de planification, quoi de mieux qu’un gouvernail pour mener sa barre ? 😉

En plus des canons, il y a des particularités plutôt vicieuses sur certaines tuiles comme :

  • des ressorts qui renvoient le boulet à son expéditeur,
  • des tuyaux qui laissent passés les boulets… pour l’envoyer chez le voisin… !
  • des ponts d’abordage qui permettent de voler la tuile de son voisin à la fin de chaque marée…

Une fois toutes les tuiles posées, les canons tirent… sitôt construites et déjà détruites, oh quel dommage !
Les effets se faisant simultanément, même si une tuile est détruite, le canon qu’elle contient tire aussi son boulet.

sabordage-jeu-de-societe-1

Et le vainqueur est…

Les pirates ne respectant que la force, seul celui qui aura le plus grand bateau sera autorisé à aller chercher le trésor de Barbe Noire.

sabordage-jeu-de-societe-4

Notre avis

Sabordage est un jeu que vous pouvez sortir avec un public varié : des joueurs débutants comme des joueurs expérimentés qui aimeront son côté divertissant. C’est un très bon jeu de début ou fin de soirée. On détruit mutuellement les bateaux dans une ambiance bon enfant en espérant que le sien ne subira pas trop de dommages.
De plus, pour son premier jeu, Roméo Hennion a eu la chance de travailler avec Djib et on retrouve sa touche personnelle dans tout le jeu. Les détails plutôt rigolos et insolites sur les éléments du jeu le rendent tout aussi sympa à jouer qu’à regarder. En discutant avec l’auteur, on a pu s’apercevoir qu’il s’est donné du mal pour construire un beau jeu, et de bonne qualité.

On vous invite d’ailleurs à lire le superbe article de Lonely Dark Meeple à propos de la genèse du jeu, ainsi que l’autopsie de la couverture chez Ludovox.

On adore

  • La qualité des pièces,
  • Les illustrations de Djib, je vous conseille de vous arrêter sur les détails qui sont aussi beaux que drôles,
  • La simplicité du jeu qui permet de jouer avec le plus grand nombre,
  • Le côté chaotique qui permet de jouer dans une ambiance fun plutôt que très stratégique,
  • Le petit côté psychologique et de bluff : que va bien pouvoir jouer mes voisins ? 
  • Le petit côté deck building qui amène des dilemmes existentiels (le canon, le ressort ou le pont d’abordage ?, est-ce que je laisse vraiment cette carte à mon voisin qui va peut-être la jouer contre moi ?)

On déplore

  • Le jeu peut ne pas plaire aux personnes qui ne recherchent que des jeux purement stratégiques,
  • Le côté fun du jeu dépend quand même grandement des susceptibilités autour de la table 😉

Gling-Gling

Pirate de Nice ?

Je confirme, le fun ne prend pas forcément, et c’est vraiment un chaos complet. Je recommande de le jouer super rapidement sans se prendre la tête, et d’essayer d’influencer au maximum les autres capitaines de navire pour qu’ils tirent ailleurs… Ah, j’ai dit deux choses opposées ? C’est parce que j’ai fini la partie avec moins de ponts qu’au départ ! Cela me laisse un goût mitigé, entre le jeu qui se veut fun, mais qu’il faut quand même essayer de contrôler, tout en sachant que cela ne sert pas à grand’chose… A réserver aux adeptes du « double-guessing » : si je bouge mon pont vers le haut pour éviter qu’il me tire dessus, il va faire pareil, donc je vais le bouger vers le bas… Donc il faut se mettre à deux, un de chaque côté, pour être sûr de lui détruire son pont qui va le faire gagner, mais en fait le capitaine de l’autre côté, il m’a dit qu’il allait le faire, mais non, il m’a tiré dessus au final… Caaaasssssééééé ! (merci Brice !).