Scythe

  • 1 à 5 joueurs
  • à partir de 14 ans
  • 115 minutes
  • 75 €
  • Auteur(s) : Jamey Stegmaier
  • Illustrateur(s) : Jakub Rozalski
  • Éditeur : Morning et Stonemaier Games, distribué par Matagot
  • Année de sortie : 2016
  • Site officiel

Dans une Europe de l’Est alternative d’après guerre, la survie dépend des capacités des différentes factions à exploiter les terres environnantes et les technologies du passé. C’est ainsi que les différents héros vont essayer d’atteindre le plus rapidement possible « l’Usine » où les anciens méchas étaient produits.

Un jeu pas si compliqué mais quand même…

Scythe est clairement un « gros » jeu pour joueurs expérimentés.
Le but du jeu est relativement simple, prendre possession des territoires et des ressources qu’ils contiennent pour faire croître sa faction et ainsi pouvoir se développer encore plus loin.
Oui mais voilà, Scythe c’est des petites règles de partout, des petites subtilités et des diverses façons de scorer ce qui en font un jeu pas si simple que ça quand même.

Je vais essayer de vous en faire un bref aperçu.

Des factions

Il existe 5 factions dans la boite de base, d’autres sont disponibles avec une extension. Chaque faction est composé :

  • d’un héros
  • de 4 méchas (ce sont des grosses machines robotisées qui sont armées)
  • d’ouvriers

Seuls les héros et les méchas ont le droit de se battre, les ouvriers, eux, quand ils voient arriver une machine de guerre repartent vite dans leur base de départ, la guerre, ce n’est pas pour eux !

Chaque faction part d’un endroit du plateau bien déterminé et ont des pouvoirs de base que les autres factions n’ont pas.
Le plateau de faction détermine également avec combien de puissance militaire et de cartes combat le joueur commence la partie.

Les plateaux individuels

Ils sont tirés au sort au début de la partie. Ils sont constitués de 4 zones.
Il y a deux zones, la zones haute où souvent on doit payer quelque chose pour pouvoir la réaliser (par exemple payer un or pour pouvoir prendre une ressource de son choix) et une zone basse où il faut également payer des ressources pour avoir des améliorations. Ces actions sont facultatives.
Ces deux zone haute et basse sont agencées de manière différentes d’un plateau à l’autre, ce qui accentue la rejouabilité du jeu.
Ces plateaux permettent de réaliser les actions au cours de la partie. Il n’est pas permis (sauf pouvoir d’une faction en particulier) de réaliser 2 fois la même action. Ainsi une joueur qui aura fait une action de déplacement, devra faire l’une des 3 autres actions (Production, Soutien ou Commerce), le tout d’après.
Au cours du jeu, les joueurs pourront débloquer des actions bonus, ce qui augmenteront la rentabilité de chaque action réalisée.

Les plateaux joueurs permettent de déterminer avec combien d’argent, cartes objectifs et de points de popularité, le joueur commence.

Le plateau de jeu

Il est constitué d’Hexagones représentant des territoires fournissant ou non des ressources.
L’hexagone central représente « l’Usine », là où les anciens méchas étaient construits et le fruit de la convoitise de chaque faction. Cet hexagone compte, pour celui qui le détient à la fin du jeu, 3 points au lieu de 1 point pour un hexagone classique.
Chaque faction démarre le jeu dans son coin entouré d’eau. Les ouvriers ne peuvent pas traverser l’eau. Les héros et les méchas le peuvent sous certaines conditions propres à chaque faction et à débloquer au cours du jeu. Il existe aussi des tunnels qui peuvent être construit pour passer sous l’eau. Ces tunnels sont également présents sur le plateau de base et  permettent aux troupes de passer d’un territoire à un autre plus rapidement.

Le plateau de jeu est aussi constituée d’échelle de valeur :

  • Piste des triomphes : chaque joueur y déposera un de ces pions quand il aura réussi à en faire un. Le premier joueur qui réalise 6 triomphes met fin à la partie.
  • Piste de popularité : cette piste est composée de 2 parties, l’une notée de 0 à 18 sera fluctuante au cours de la partie, elle représente le coefficient multiplicateur de fin de partie. La deuxième partie correspond au chiffre qu’on multipliera en fonction du nombre de territoire, de triomphes réalisés et du nombre de ressources qu’on aura à la fin de la partie. C’est une piste à ne pas négliger. Elle varie en fonction des événements et des choix que vous ferez au cours de la partie et des rencontres.
  • Piste de puissance : Elle déterminera la puissance militaire que l’on a pour combattre ses adversaire. Cette puissance militaire sera également modifiée par des cartes de combats que l’on acquiert au cours du jeu.

Sur le plateau de jeu est également présent des emplacements pour :

  • une carte objectif commune à tous qui donnera encore des points de victoire à la fin de la partie
  • des cartes de rencontres : les rencontres sont faites quand le joueur est le premier à arriver sur un emplacement avec jeton rencontre dessus. Ces cartes rencontres ont généralement 3 options : une gentille, une neutre, une « guerrière », elles offrent des avantages mais aussi des désavantages en fonction de l’option que vous choisissez.
  • des cartes objectifs propre à chaque joueur : le joueur en pioche le nombre indiqué sur son plateau individuel, il devra en faire une des deux (sauf une faction qui a le droit de faire les deux), la réalisation de cette carte permet de mettre une étoile sur l’échelle de triomphe.
  • des cartes usines : tirées au hasard et au nombre de joueurs +1, elles sont choisies par les joueurs qui se trouvent sur la case « Usine ». Elle donne droit à choisir une action de plus en venant compléter le plateau individuel.
  • des cartes combats : distribuées en début de partie, elles peuvent être piocher en choisissant l’action adéquate du plateau individuel. Lors des combats, un joueur peut choisir d’en jouer une en plus de sa puissance de combat. Cela rajoute une partie de bluff.

Comment gagne t’on ?

Le jeu prend immédiatement fin quand un des participants a posé sa 6e étoile sur l’échelle des triomphes. Il est donc important de bien surveillez où en sont vos adversaires.
Les points sont comptés de la manière suivante :

  • nombre de pièces d’or que vous avez
  • le résultat de votre popularité qui tient compte du nombre de territoires qui vous appartient, du nombre d’objectifs réalisés, et du nombre de lot de 2 ressources qui vous reste.
  • les points de la tuile bonus commune

Notre avis

Scythe est un bon jeu de gestion et de stratégie. Il offre une grande rejouabilité car les factions et les plateaux individuels sont pris au hasard en début de partie. Les cartes objectifs permettent aussi d’orienter son jeu dès le début de la partie et donc ne pas jouer de la même manière d’une partie à l’autre. Les interactions avec les joueurs sont fréquents par la prise de possession des territoires, toutefois, on peut tout à fait faire son jeu sans attaquer ses adversaires. Il y en a donc pour tous les goûts.

On adore

  • Malgré des règles assez denses, le jeu est assez fluide, on ne retourne pas dans le livret de règle toutes les 5 minutes.
  • Les plateaux individuels sont prévus pour tenir les petites pièces
  • Les illustrations des cartes sont soignées, et nous laissent nous immerger dans l’ambiance de cette Europe alternative

On déplore

  • Les plateaux individuels se gondolent
  • Les aparté dans la règle du jeu qui la rallonge inutilement