Les Poilus

  • 2 à 5 joueurs joueurs
  • Âge : à partir de 10 ans
  • Durée de la partie : 30 minutes
  • Auteur(s) : Fabien Riffaud et Juan Rodriguez
  • Illustrateur(s) : Tignous
  • Année de sortie : 2015
  • Prix : 18 €
  • Éditeur : Sweet November
  • Site officiel

Les Poilus est un jeu full coopération. En effet, c’est rare qu’un jeu nous demande de survivre tous à la fin… tout en se sacrifiant parfois pour les copains.

les-poilus-jeu-de-societe-1

Le plein de références historiques

Les Poilus font référence à nos ancêtres partis dans les tranchées de la Guerre 14-18. C’est un ainsi qu’un groupe d’amis d’un même village décident de s’entraider coûte que coûte pour survivre. Le but du jeu est donc de réaliser toutes les missions que le QG vous confie et de rester tous ensemble… et vivant, de préférence.

les-poilus-jeu-de-societe-10

Des missions périlleuses

Vous incarnez donc des soldats qui vont devoir effectuer leurs missions en tenant compte d’une règle importante : ne pas avoir 3 fois la même contrainte dans une même mission !

les-poilus-jeu-de-societe-3

De la colombe au monument aux morts

Il vous faudra réaliser autant de missions que possible pour faire apparaître le graal, soit la colombe de la paix. Si le monument aux morts apparaît, la partie est perdue.

Au cours de la partie, les cartes menaces vont passer d’un tas à l’autre, le tas du monument aux morts se vidant dans celui de la colombe.

les-poilus-jeu-de-societe-6

Les cartes menaces

Les contraintes sont représentées par des cartes épreuves qui sont de plusieurs ordres :

  • météorologique : pluie, neige et nuit (oui, ce n’est pas vraiment une condition météorologique, je sais ;))
  • de danger : obus, masque à gaz ou sifflet
  • et enfin, des cartes coups durs : comme traumatisé par la neige, phobique des obus, ou physique : maladroit, paniqué, etc. Ces cartes sont assignées aux joueurs qui les ont posées.

les-poilus-jeu-de-societe-7

les-poilus-jeu-de-societe-5

Les missions

Pour réaliser les missions, il faudra réussir à définir combien de cartes donner à ses coéquipiers, et à quel moment les utiliser.  Il s’agit de bien doser, pour savoir lancer un discours… ou se replier au bon moment !

les-poilus-jeu-de-societe-2

Mais le moral chute !

On est bien d’accord que les guerres n’apportent pas l’allégresse dans le cœur des hommes, après chaque mission, les hommes perdent un peu de moral (les cartes passent alors du tas du monument aux morts à celui de la colombe).

C’est là toute la subtilité du jeu : si on se replie trop vite et qu’on garde beaucoup de cartes dans sa main, le tas du monument descendra très vite et la partie sera perdue. Au contraire, si on distribue peu de cartes au début de la mission et que tous les joueurs arrivent à se débarrasser de leurs cartes, dans tous les cas, on transvasera au minimum 3 cartes d’un tas à l’autre.

C’est un juste équilibrage des choix.

les-poilus-jeu-de-societe-4

La victoire… ou… la défaite !

Pour gagner, c’est simple, il faut que la colombe prenne son envol (c’est la paix, la guerre est terminée !) : pour cela, toutes les cartes qui apparaissaient sur la carte Colombe doivent avoir été jouées.

Par contre, si c’est le tas de la carte du monument aux morts qui apparaît, la guerre est perdue et la partie aussi.
De même, comme c’est un jeu coopératif, tous les amis doivent finir la guerre ensemble. À la guerre comme à la guerre 😉

les-poilus-jeu-de-societe-8

De la phase d’entraînement à la guerre de vétéran

Le jeu est évolutif dans sa complexité. Au début, il est conseillé de jouer le jeu dans sa règle la plus simple.
Quand on commence à maîtriser la mécanique de jeu, on incorpore la règle concernant les cartes menaces tirées aléatoirement.
Et quand le jeu n’a plus de secret pour vous, on augmente le nombre de cartes épreuves au début.

Notre avis

La première partie est dure car il faut comprendre comment s’en sortir, mais une fois qu’on a compris les astuces, ça devient plus plaisant. C’est un bon jeu de coopération qui demande un brin de déduction, une bonne dose d’entraide et un soupçon d’abnégation (mais pas trop, il faut rester vivant quand même).

On adore

  • l’entraide qui est primordiale, si quelqu’un meurt, on a tous perdu
  • les règles évolutives qui permettent de complexifier le jeu petit à petit
  • les illustrations qui changent du style cartoon
  • le matériel de bonne qualité

On déplore

  • le jeu est plus intéressant à 4 ou 5

En complément

À noter qu’une extension « Aux Ordres ! » est sortie cette année et qui propose une variante pour jouer en solo.

L'avis de la rédac'